Abolir l’armée suisse ? entre idéaux et pragmatisme

Alors comme ça, on veut supprimer l’armée suisse ? Forte tête, va !

 

piranha armée suisse char de grenadiers à roues 8x8
Pictogramme du "Schützenpanzer 93 8x8", le "piranha" qui fait la fierté de l'infanterie suisse ...

Le Parti socialiste suisse, lors de son congrès de Lausanne fin octobre 2010, a adopté, à une courte majorité et de manière inattendue, la perspective de supprimer l’armée à long terme. Ah, l’enthousiasme et l’élan d’une assemblée chauffée à blanc par des idéaux qui font rêver… Cette prise de position extrême a surpris des partisans endurcis et fait sourire de nombreux  adversaires politiques habitués aux grandiloquentes déclarations.

Un peu déboussolé par la direction que prenait ce drôle de vent, j’ai été rassuré par les propos que tenait la Présidente de la Confédération, dans un entretien spécial du 19.30 de la TSR , le 14 janvier 2011.

  • Darius Rochebin : Quand on voit un parti de gouvernement qui dit « abolissons l’armée ! », ça a choqué beaucoup de gens, on a franchi une ligne rouge,  il n’y a plus de consensus minimal sur les bases d’un pays.
  • Micheline Calmy-Rey : Vous savez, les congrès du parti socialiste ont toujours été des congrès où les débats sont très ouverts, et où les jeunes s’expriment… ce qu’il faut voir, c’est ce que font les élus, dans les différents endroits où ils sont représentés, et ça, c’est le travail concret.

Et là, je m’y retrouve. La polarisation politique a ses limites, qui se situent très exactement là où il faut remonter ses manches et mettre les mains dans le cambouis (pardon, à la pâte) : participer à la gestion des affaires communales, parer au plus pressé, serrer les budgets et  participer avec énergie et dévouement à la cause commune, aux commissions, aux études de préavis.

Quant à la suppression de l’armée, laissons un peu la question en suspens, ça ne lui fera pas de mal, et voyons déjà comment sera reçue l’initiative lancée par le GSsa « Oui à l’abrogation du service militaire obligatoire ! », qui a l’avantage d’entrer dans le détail : réduire le nombre de soldats par habitants, réduire le gaspillage actuel de 8 milliards par an, libérer des ressources pour le social, la protection de l’environnement et les solutions civiles aux conflits.

Bernard Grandjean

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s